jeudi 22 septembre 2016

Poulet au zaatar

Habituellement j'utilise le zaatar pour le pain mana'ish mais lorsque j'ai trouvé une autre recette à base de poulet sur le blog du "Food trotter", je n'ai pas hésité. Avec du riz basmati et une petite sauce légère, c'était parfait. A propos du zaatar, je ne le prépare pas moi-même car pour faire du zaatar, il faut du sumac qui est déjà un mélange. Alors quitte à acheter un mélange, je préfère prendre directement du zaatar chez mon arménien, d'autant qu'il faut un thym spécial que l'on ne trouve qu'au Liban pour le réaliser.




Ingrédients 
4 hauts de cuisse
2 oignons
4 gousses d'ail 
2 cs d'huile d'olive
2 cs de zaatar 
Sel, poivre
Citron
Dip ail-menthe
4 cs de fromage blanc 
2 gousses d'ail écrasées
5 feuilles de menthe ciselées
1 cs d'huile d'olive
1 cs de jus de citron
Sel, poivre.




Préparer le dip en mélangeant tous les ingrédients et mettre au frais. Avec un couteau aiguisé entailler la chair du poulet. Déposer les oignons émincés et l'ail écrasés sur la lèche-frite, puis le poulet. 

Saupoudrer de 2 prises de poivre et d'un pincée de sel, le zaatar étant déjà salé. Arroser avec l'huile d'olive et enfourner 1 heure en retournant le poulet à mi-cuisson. Présenter sur le plat de service avec des feuilles de menthe et des quartiers de citron.

10 commentaires:

  1. Ton poulet semble si parfumé ! Véritable voyage culinaire, ton plat de présentation est en plus approprié, on s'y croirait :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon mari a acheté ce plat en Irak, à une période où l'on pouvait y aller facilement ...

      Supprimer
  2. Un voyage gourmand pour les papilles.Belle journée Isabelle

    RépondreSupprimer
  3. Ta recette m'inspire beaucoup ! Et quelle chance d'avoir un épicier sur qui pouvoir compter! Chez moi, à Montpellier, il y avait le célèbre "Pinto", mais il vient de fermer car son propriétaire est parti à la retraite et personne n'a repris l'affaire ... C'est chez lui que je trouvais le sumac (qui par ailleurs n'est pas un mélange, mais une épice issue des graines d'un arbuste méditerranéen, le sumac des corroyeurs (Rhus coriaria)) pour mon zaatar "maison".

    RépondreSupprimer
  4. je ne connais pas le sumac, merci pour la découverte et pour cette belle recette
    bisous

    RépondreSupprimer
  5. Je sens d'ici les effluves épicés de ce poulet, qui me met en appétit !

    RépondreSupprimer
  6. Je ne connais pas le mélange zaatar, je n'ai pas tous les petits vendeurs arméniens que tu dois trouver à Paris... la chance des parisiens ;)

    RépondreSupprimer
  7. Depuis que j'ai découvert le poulet au zaatar sur un livre de Yotam Ottolenghi, ce plat est devenu l'un de mes préféré. C'est tout simplement " à tomber"!
    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  8. J'achète mon zaatar sur le net, et j'aime beaucoup !! Ton poulet me fait envie, et ton plat est très beau ....

    RépondreSupprimer