dimanche 14 février 2016

Compiègne

J'ai lu ici et là que le compiègne avait été inventé pour le mariage de Napoléon avec Marie-Louise d'Autriche. Or, le mariage civil s'est déroulé à St-Cloud et le mariage religieux dans la chapelle du Louvre, avec un grand banquet au  palais des Tuileries ... En revanche, c'est à Compiègne que l'archiduchesse sera présentée à Napoléon pour la première fois. Voulant lui éviter une rencontre solennelle épuisante, il restera en tête à tête avec la future impératrice et n'assistera pas à la réception. Il n'a donc pu apprécier ce savarin parfumé à l'orange cuit dans un moule à kugelhopf que Mercotte a réhabilité.

Pour 1 moule de 22 cm
250 g de farine
1,5 cc de levure de boulanger
3 œufs
10 g de sucre
6 g de sel
75 g de beurre ramolli
50 g d'écorces d'orange confites
Le sirop 
350 g de sucre en poudre
Le jus d'1 orange
9 cl de rhum
Garniture
1 ananas
25 g d'écorces d'orange confites
Bigarreaux 
Gelée de pommes




Pâte à savarin : Mélanger à la feuille  et à petite vitesse pendant 10 min, tous les ingrédients. Couvrir d’un torchon et laisser lever 1 heure. Rabattre la pâte et y incorporer les écorces détaillées en petits dés. Répartir cette pâte au fond d'1 moule à Kugelhopf enduit soigneusement au pinceau de beurre fondu. Laisser à nouveau la pâte gonfler 1h30. Elle doit dépasser le bord du moule. Cuire au four préchauffé à 200° pendant 30 min. Le savarin doit être brun foncé car il va s’éclaircir en gonflant avec le sirop. Démouler sur une grille. 



Mouillage du savarin : Faire bouillir 450 g d’eau avec le sucre pendant 5 min. Laisser légèrement tiédir le sirop obtenu et ajouter le jus d'orange filtré et le rhum. Déposer le savarin sur un plat de service rond et légèrement creux, l’arroser abondamment du sirop. Le savarin va gonfler et accroître son volume d’un tiers. Détailler l'ananas en fines tranches en retirant bien les yeux. Inciser le Kugelhopf en suivant les cannelures. Garnir de lamelles d'ananas. Recouper avec des ciseaux si elles dépassent trop. 



Découper en fine macédoine le reste de l'ananas et le mêler à l'écorce d'orange détaillée tout aussi finement. Garnir le centre de ce salpicon. Napper le tout de gelée de pommes réchauffée, le compiègne sera bien brillant et l'ananas ne s'oxydera pas. Décorer avec les bigarreaux et éventuellement une feuille de menthe.


12 commentaires:

  1. J'adore les fruits confits donc forcément ça me tente bien ^^

    RépondreSupprimer
  2. j'avais vu cet étonnant gâteau dans l’émission de Mercotte oui! tu l'as magnifiquement réussi!

    RépondreSupprimer
  3. Il est effectivement magnifique ce gros gâteau ! Quel travail...

    RépondreSupprimer
  4. Je n'en avais jamais entendu parler avant le meilleur pâtissier, tu l'as superbement réussi :)

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connaissais pas du tout ! C'est superbe !

    RépondreSupprimer
  6. magnifique ! je note la recette, j'aurai certainement une occasion pour la faire.

    RépondreSupprimer
  7. Superbe tout simplement et merci pour la mise au point historique

    RépondreSupprimer
  8. Waw, tu l'as magnifiquement reussi ma chere....
    Dis ma chere, est ce que tu veux participer a notre nouvelle ronde autour d'un ingrédient, le poisson etant la vedette...
    Bisous

    RépondreSupprimer
  9. Magnifique un grand bravo pour ta réalisation. Quant à l'histoire je ne sais pas je n'ai pas étudié cette partie sur Compiègne.
    Je ne peux pas participer à ton jeu étant donné que ma grand-mère ou ma vieille tante pour l'autre n'inscrivaient jamais de recettes sur carnet ou papier volant. Seuls les souvenirs me restant sont photographiés dans une petite case de mon cervelet et le plus étant les odeurs et les goûts.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  10. Il est magnifique ce gâteau, j'adore les fruits

    Bravo

    RépondreSupprimer