mardi 4 mars 2014

Pets de nonne (Mardi-Gras)

Pudiquement, on a rebaptisé ce beignet « soupir de nonne », mais c’est sa première dénomination, qui lui est restée. Ces beignets dodus sont traditionnellement servis le mardi-gras, jour qui contraste avec le carême pendant lequel on mange maigre en s'abstenant de viande. Bien respecter la quantité d'oeufs : plus on en met, plus ça gonfle.



Pour 1 panier
300g de farine
2cc  de sucre
7 œufs
100g de beurre
2cc de sel
2 sachets de sucre vanillé
50 cl d’eau
2 cs de fleur d’oranger
Huile d’arachide pour la friture
Sucre glace pour l’enrobage




Réaliser une pâte à choux : Il est impératif de tamiser la farine, pour assurer un bon amalgame des produits. Dans une casserole, verser l’eau, les sucres et le sel puis porter à ébullition. Oter du feu au premier bouillon, et verser en pluie fine la farine en mélangeant bien l’ensemble à la spatule en bois. Remettre sur le feu et continuer de remuer vivement à la spatule pendant 2 min, pour faire évaporer une partie de l’eau et dessécher la pâte ainsi formée. 


Une légère croûte doit se former au fond de la casserole. Verser le tout dans la cuve du robot et incorporer petit à petit les œufs battus en omelette en fouettant à vitesse moyenne jusqu’à ce que la pâte soit bien lisse et homogène. Si l’on ne possède pas de robot poursuivre dans la casserole : il faudra de l’énergie, la pâte est très ferme, ajouter la fleur d’oranger. Dans une cocotte, faire chauffer 1,5 litre d’huile à 170°. 


A l’aide de deux cuillers à café, laisser glisser des petites boules de pâte de la taille d’une noix dans la friture. Les choux vont gonfler et se retourner spontanément à mi-cuisson. Lorsque les beignets sont uniformément dorés, les déposer à l’aide d’une écumoire, sur du papier absorbant. Saupoudrer de sucre glace. Déguster aussitôt.


A chaque fois que je prépare des pets de nonne, un souvenir d'enfance me revient en mémoire. Lorsque le prêtre de notre paroisse partait en vacances, un moine de la Trappe de Chimay venait le remplacer et nous le recevions à déjeuner. Facétieuse, ma mère lui avait un jour offert en dessert les fameux pets de nonne. Grand théologien, ce moine d'origine sioux n'était pour autant pas dépourvu d'humour et semblait  beaucoup apprécier cette douceur. 

3 commentaires:

  1. afin de me divertir au bureau je regarde tous les jours ton blog, sympas les pets de nonne, j'adore ce nom, je n'ai toujours pas de robot, mais je vais m'atteler ce soir à ma casserole et ma spatule!!!
    vivement que je ne travaille plus pour faire certaines de tes recettes....çà fait partie de mes objectifs!! avec un passage chez Gdetou avant !! merci!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu veux chez G Detou, avec un immense plaisir ! Ta date sera la mienne. Bises
      IS

      Supprimer
  2. Très appétissants tes pets de nonne. J'en ai aussi fait cette année un vrai régal.

    RépondreSupprimer