mercredi 4 septembre 2013

Sablés nantais

Ronds et striés, à bords cannelés, ces biscuits rappellent l'enfance et fondent littéralement dans la bouche. On peut employer comme ici du beurre doux et ajouter une pincée de sel ou encore mieux du beurre demi sel. 





Pour 35 sablés
100g de beurre mou
100g de sucre glace
2 jaunes
1 sachet de sucre vanillé
200g de farine
1 pincée de sel
1/4 cc de levure chimique
Lait






Battre le beurre et les sucres en crème. Ajouter les jaunes d'oeuf un à un puis la farine, la levure et le sel sans insister. Envelopper la pâte dans une poche plastique et laisser reposer une nuit au frais. Le lendemain, sortir la pâte 20 min avant de l'étaler au rouleau sur 4 mm entre deux feuilles de papier sulfurisé. 


Ne surtout pas utiliser de farine pour étaler la pâte : les sablés seraient durs et denses. A l'aide d'un emporte-pièce rond cannelé de 5 cm, découper des cercles et en recouvrir deux plaques garnies de papier. 


Humecter les sablés au pinceau trempé dans le lait puis les strier à la fourchette. Laisser durcir au frais 30 min pour que les sablés conservent leur forme à la cuisson. 


Enfourner environ 12 min à four préchauffé à 170°, le temps qu'ils dorent. Je les place plutôt en haut du four. Laisser les biscuits refroidir sur une grille et les conserver dans un bocal en verre hermétique.


Rien à voir avec les sablés industriels : friables, avec ce goût de beurre, humm ...


2 commentaires:

  1. SABLE ROYAL !

    Merci Isabelle pour cette délicieuse recette qui rappellera à nos lecteurs et lectrices des souvenirs d'enfance. A propos de souvenirs, les habitants de Sablé-sur-Sarthe prétendent être les inventeurs du sablé. En 1670, la marquise de Sablé , qui a donné son nom à la ville , en aurait offert à Monsieur, frère de Louis XIV et mari de la truculente Princesse palatine. Vrai ou faux , la recette d'Ici et d'Isca n'aurait pas déplu à Philippe d'Orléans , grand amateur de pâtisseries.

    Bonne journée à tous et à Isabelle en particulier.

    Nadine et Patrice
    Nancy



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà le genre de commentaire que j'aimerais voir plus souvent sur mon blog : un rappel historique teinté d'humour, c'est parfait ! Je n'avais jamais fait la relation entre le sablé et la ville, c'est amusant, d'autant que je vais chaque année à Solesmes, juste à côté. Grand amateur de sablés, je pense que c'est la texture, proche de celle du sable qui devrait être à l'origine du nom... Quant à Philippe d'Orléans, je n'habite pas loin de son palais et profite toujours de ses merveilleux jardins. Bonne journée à vous deux également et un grand merci pour votre petit mot.
      ISCA

      Supprimer