mercredi 2 septembre 2015

Pastis landais à Marquèze (1/2)

Robuchon donne une recette de pastis dans "Le meilleur et le plus simple de la France". Je vous livre son commentaire : "Tourtière ou pastis ? La tourtière,  faite dans les Landes, est un gâteau à pâte étirée contenant peu de pommes alors que le pastis - dérivé de la pastilla marocaine - est garni de pommes parfumées à la vanille, au zeste de citron et à la fleur d'oranger". D'une part, je ne vois pas trop la différence et d'autre part, le pastis que j'ai découvert à Marquèze,  est une brioche très riche en Rhum ... Pour faciliter les choses, le pastis désigne donc trois desserts différents. Oui, mais "pastis" signifie "gâteau" en gascon, alors ...





Pour 2 pastis
500g de farine t45
110g de lait
2cc de levure boulangère
3 œufs
80g de sucre
10g de sel
125g de beurre
3 cs de Rhum
Lait pour la dorure
Sucre perlé






Dans le bol du robot, verser la farine, le sel, le sucre, les œufs, la levure, le lait tiède et le Rhum. Actionner le robot muni du crochet pétrisseur et laisser fonctionner à petite vitesse 10 min. Ajouter alors le beurre ramolli morceau par morceau et continuer à pétrir jusqu’à l’incorporation complète, la pâte est souple, lisse, élastique et non collante. 



Couvrir et laisser lever 1h30 à température ambiante. Rabattre la pâte et la déposer sur le plan de travail fariné puis la séparer en deux parts égales. Bouler et placer les brioches dans les moules beurrés soigneusement. Laisser lever entre 2 h 30 et 7 h. 



Pour ma part, j'ai laissé pousser 6 h. Badigeonner très délicatement les pastis de lait et saupoudrer de sucre perlé avant d'enfourner pour 35 min à 180°. 



Le quartier de Marquèze est un écomusée constitué d'authentiques maisons de maître et métairies, autour d'un airial, vaste pelouse ombragée de chênes. Il a été reconstitué pour témoigner du mode de vie agricole si particulier des Landes à la fin du XIXe. Le site, plongé au coeur de la forêt est accessible en train, voici la gare :

Après avoir pris un vieux train classé, en présence non pas d'un mafioso sicilien à la mine patibulaire mais de cher et tendre, 


        on aperçoit la maison de maître avec son large auvent, "l'estantade".



    et celle plus modeste du métayer embellie par la treille.


A l'intérieur, la souillarde


                                               la cuisine


 et enfin, la chambre à coucher. 



La maison du brassier, la plus sommaire. Ce dernier apporte la force de ses bras pour les gros travaux, il est aussi berger la plupart du temps.


         A l'approche de la forêt, la cabane du gemmeur est bien jolie avec ses colombages et son enduit à la chaux,


       mais que dire du four à pain avec les dizaines de pastis en train de lever ?



Il procure une envie irrépressible de s'y mettre. Pour la seconde partie, c'est ici.

15 commentaires:

  1. Humm comme ça à l'air bon.
    Bonne journée
    bises

    RépondreSupprimer
  2. Une délicieuse balade du goût, des odeurs, du regard et le pastis qui ne demande qu'à être touché, goûté, bien chaud et fondant comme un chocolat au reflet bleu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très touchée par ce style charmant !

      Supprimer
  3. J'avais mangé ce pastis Landais il y a plus de 30 ans et c'est certainement de là qu'il venait puisque je séjournais à Sabres.... j'avais adoré, les vacances, les soupes servies à chaque repas (midi et soir) et ce fabuleux pastis , qui dans mes souvenirs sentait aussi la fleur d'oranger !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, certaines recettes emploient de la fleur d'oranger mais celui de Marquèze était très riche en Rhum. A chaque essai, ma fille me disait, il manque un peu de Rhum (ça promet) comparé à celui de Marquèze ... Avec 3 cs, il m'a semblait que c'était le bon dosage !

      Supprimer
  4. Je n'ai jamais mangé de pastis landais et ta recette me plait beaucoup il faudra que j'essaie. Merci pour cette visite gourmande. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  5. Pour moi qui réside dans les Landes depuis plus de 10 ans, je n'ai qu'un mot, bravo !! Tu les as superbement réussis et j'ai moi une petite préférence pour le rhum. Quant à la tourtière, elle est en effet constituée telle une pastilla, et l'on y met des pommes, des poires etc ..

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai aussi ce livre !! Une mine de recettes :) Ton pastis est magnifique et merci beaucoup pour ce voyage dépaysant en cette période de rentrée :)

    RépondreSupprimer
  7. super ! cette recette tombe à pic, depuis le temps que je voulais faire un pastis landais.
    bonne rentrée.... :-)

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connais pas du tout cette spécialité, tu m'intrigues une fois de plus :-)

    RépondreSupprimer
  9. Très jolie balade dans les Landes qu'on clôturerait bien par un thé accompagné d'une tranche de pastis landais...

    RépondreSupprimer
  10. Ce n'est pas très loin de chez moi et ça fait un petit moment que j'ai envie de réaliser un pastis. je te pique la recette. Biz

    RépondreSupprimer
  11. je ne connaissais pas non plus, je vais tenter ce week end!

    RépondreSupprimer
  12. Quelle merveille tous ces pastis landais. Nous avons pris la même destination pour nos vacances! Moi aussi j'ai beaucoup apprécie ce pastis!!! J'ai comparé ma recette à la tienne, ce sont à peu près les même ingrédients et même proportions, j'ai mis plus de sucre! Bisous

    RépondreSupprimer
  13. Pastis non conforme au vrai celui ci il est brioché mais bon.

    Lautre il est un peu plus compact et goût bien plus prononcé à l'anis .
    A manger avec de la crème anglaise.


    RépondreSupprimer