samedi 27 juin 2015

Abricots à la Banville

Au XIXe siècle, le poète parnassien Théodore de Banville bourbonnais d'origine, évoque dans ses Mémoires les abricots de son enfance. On a baptisé ainsi cet entremets délicat pour lui rendre hommage. Seuls des fruits frais sont utilisés, pochés lentement dans un sirop vanillé. Contemporain de V. Hugo, Th. de Banville découvrira notamment le talent naissant de Rimbaud.






Ingrédients
10 abricots frais
Sirop
40 cl d'eau
20 cl de crème liquide entière
Décor
Fruits confits





Préparer le sirop en portant l'eau et le sucre à ébullition. Verser sur les abricots dénoyautés. Couvrir et laisser macérer 2 heures. 


Si les abricots remontent, placer délicatement dessus un couvercle plus petit que le bol. Ne pas cuire les abricots sur le feu, on obtiendrait de la compote. 

Une recette extraite de "l'art culinaire français"

Décoller les macarons de la plaque lorsqu'ils sont totalement refroidis. 


Les dresser sur le plat de service, côté plat sur le dessus. Disposer un abricot égoutté sur chacun d'eux. 


Garnir le centre de Chantilly à l'aide d'une poche à douille cannelée. Ajouter quelques dés de fruits confits. Réserver au frais. Le jus des fruits va légèrement assouplir les macarons. 


J'ai dressé de la même façon une assiette pour les trois abricots restants. 


Accompagner éventuellement d'un coulis de framboise. Cette recette a été mise au point par un certain Jourlet, inconnu au bataillon. On peut tout de même le remercier pour ce succulent dessert. Avant de nous quitter,  

Le Thé
poème de 
Théodore de Banville

Miss Ellen, versez-moi le thé
Dans la belle tasse chinoise,
Où des poissons d’or cherchent noise
Au monstre rose épouvanté.

J’aime la folle cruauté
Des chimères qu’on apprivoise :
Miss Ellen, versez-moi le thé
Dans la belle tasse chinoise.

Là, sous un ciel rouge irrité,
Une dame fière et sournoise
Montre en ses longs yeux de turquoise
L’extase et la naïveté :
Miss Ellen, versez-moi le thé.

11 commentaires:

  1. Quel joli dessert! Agrémenté d'une belle histoire, ces abricots sont bien appétissants. Bisous. Sylvie.

    RépondreSupprimer
  2. Quelle belle découverte ! Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  3. Avec toi, on va devenir des pros de l'histoire de la pâtisserie ! ;) Une recette dont je n'avais pas idée, merci de nous la faire partager, ces abricots frais pochés doivent être succulents ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à la fois simple et divin au goût, les macarons vont parfaitement avec l'acidité de l'abricot.

      Supprimer
  4. Comme c'est joli! J'adore voir plein de patisseries que je ne connais pas... Oh la la, ma culture gourmande est défaillante, il va falloir y remédier!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette recette est inédite sur le net, c'est tout à fait normal que personne ne la connaisse. Mon plus grand plaisir est de dénicher les vieilles recettes et de ne surtout pas les mettre au goût du jour. C'est leur aspect désuet qui m'enchante !

      Supprimer
  5. Que c'est beau et raffiné !
    Merci pour cette belle découverte et bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  6. Une bien jolie facon d'utiliser les abricots !

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour tous ces jolis partages gourmands !! C'est beau et bon !!

    RépondreSupprimer
  8. Un dessert qui me plait beaucoup! il doit être terrrrrible !
    bises
    sicacoco

    RépondreSupprimer